LA COMMUNAUTE MOURIDE CELEBRE LE MAGAL DE CHEIKH ABDOU KHADRE MBACKE

76
0
Share:

La communauté mouride célébré en ce moment le Magal de cheikh Abdou Khadre Mbacké. Cet événement majeur, qui commémore la naissance de celui qui fut le 4e Khalife de Khadim Rassoul, en était à sa 4e édition. De sources proches de sa famille, sa naissance, survenue en 1914 à Darou Alim où il fit ses premières humanités, correspondait avec la période où Serigne Touba venait juste de retourner à Diourbel après 7 ans d’exil au Gabon, 5 ans en Mauritanie, 5 ans à Thiéyène Djolof. A cette époque, poursuit nos interlocuteurs, Serigne Touba demanda à Mame Thierno Birahim, son frère, d’aller célébrer cette naissance en lui donnant le nom de Cheikh Abdou Khadre Dieylani. Cheikh Abdou Khadre Mbacké est non seulement le fils de Cheikh Ahmadou Bamba, mais aussi son neveu, car sa mère Sokhna Aminata Bousso est la fille de Serigne Mboussobé, frère aîné de Sokhna Mame Diarra Bousso, Mère de Serigne Touba. Cheikh Abdou Khadre Mbacké, complètement détourné des mondanités et des faveurs de la vie ici-bas, toute sa vie durant, il l’a consacrée à la dévotion, à la méditation et à l’enseignement de Khadim Rassoul. Un soufi inégalable, maître dans l’art d’enseigner la parole de Dieu, fervent artisan de la paix, Cheikh Abdou Khadre savait entretenir d’excellentes relations avec tout le reste de la famille de Borom Touba et au-delà de toute la Umah islamique. Borom Bagdad, comme on l’appelait affectueusement, suivait régulièrement les avis de communiqués à la radio. C’était, selon certains témoignages, une occasion pour le saint homme de formuler des prières à l’endroit des disparus. Des qualités qui, somme toute, le prédestinaient d’ors et déjà Imam, intronisé par ailleurs comme tel en 1968. Depuis cette date jusqu’en 1990, il a eu à diriger les prières à la Grande Mosquée de Touba, à l’exception seulement des périodes de pèlerinage (quatre fois) et la semaine qui précéda son décès, le 13 mai 1990 après 11 mois seulement de Khalifat. Il a remplacé au trône Cheikh Abdou Lahad. Signalons enfin que le bref règne du 4e Khalife de Borom Touba a été marqué par la cynique et paradoxale tentative d’assassinat, dans la nuit du 14 au 15 mai 1989, sur sa sainte personne par un détraqué mental (Modou Diagne) qui s’est vu condamné 10 ans de réclusion criminelle, malgré le pardon accordé par le Khalife.

Share:

Leave a reply

Sitemap